Coordonnées

  • VETEA Clinique Vétérinaire
    Drs MICHELET Agnès et BOILLOT Thomas
    4 rue de Rétaud

    17100 SAINTES
  • Tél : 05 46 74 48 87

Petites annonces

Vidéos

Télécharger la fiche

La BVD/Maladie des Muqueuses

La BVD (diarrhée bovine virale), aussi appelée maladie des muqueuses, est une maladie virale complexe, qui touche près d'un élevage sur deux et qui peut occasionner de grosses pertes économiques. La BVD ne fait l'objet ni de prophylaxie ni de déclaration obligatoire, les éleveurs doivent donc s'organiser, en collaboration avec leurs vétérinaires, pour lutter contre la maladie. Une bonne connaissance de celle-ci et de ses facteurs de risque est le premier maillon vers la prise en charge de cette maladie.

Différentes souches de virus circulent en Europe et sont d'agressivité variable, à l'origine de symptômes tout aussi variés : d'une simple diminution de l'immunité à de la mortalité. Les différentes souches  confèrent cependant une immunité croisée après infection ou vaccination.

Transmission du virus

La contamination se fait par contact oro-nasal, de  « mufle à mufle » ou par le biais des sécrétions ou excrétions virulentes. Les urines, les matières fécales, les sécrétions génitales, le lait, les sécrétions nasales et respiratoires contiennent le virus.
La contamination d'une vache gestante a sur le foetus des répercussions différentes en fonction du stade de gestation. La situation la plus dramatique est la formation d'un veau IPI : infecté permanent immunotolérant. Il s'agit d'un veau qui a intégré le virus à son propre corps, sans pouvoir s'en débarrasser et sans fabriquer d'anticorps. À la naissance, il porte donc le virus et devient contagieux à vie.

Si la vache est séropositive (elle a déjà été en contact avec le virus ou elle est vaccinée), le veau sera normal à la naissance.

Schéma de contamination : Vache séronégative, se contaminant au cours de sa gestation
De 0 jours
à  40 jours
De 40 jours
à 125 jours
De 125 jours
à 280 jours
De 150 jours
à 280 jours
Mortalité
embryonnaire
Avortements
     
  Veau IPI séronégatif, viro +
Avortements
Mortinatalités
Anomalies congénitales
   
    Anomalies
congénitales
Avortements
 Mortinatalité
 
      Avortement
Veau sain
à la naissance

             
Les situations à risque

Face à cette maladie, il faut redouter deux types d'animaux, capables de transmettre le virus : les IPI et les virémiques transitoires.

  •  Le IPI est un veau qui excrète perpétuellement du virus, en forte quantité. Dans 1 cas sur 2, il n'est pas physiquement différent des autres veaux. Avant l'âge de 2 ans en général, il va développer la maladie des muqueuses qui est une infection diarrhéique et ulcéreuse généralisée, incurable, qui lui sera fatale. Une génisse IPI donnera systématiquement naissance à un veau IPI.
  • Le virémique transitoire  est un bovin normal qui est contaminé par le virus de la BVD. Le virus se multiplie et diminue temporairement les défenses immunitaires de ce bovin, ce qui  peut être à l'origine d'infections secondaires comme des diarrhées chez le jeune, des maladies respiratoires, des avortements, de l'infécondité ou la formation d'un IPI s'il s'agit d'une femelle gestante. Le bovin se débarrasse naturellement, en 2 à 3 semaines, du virus contre lequel il va être durablement immunisé. Cependant  pendant toute cette période il a excrété du virus, mais de façon moins importante qu'un IPI.

L'introduction du virus dans un élevage

  • Introduction ou réintroduction d'animaux (concours, comices, estives...).
  • Par contact avec des bovins voisins par-dessus les clôtures.
  • La contamination par le biais du matériel semble accessoire.

Quand le virus entre dans l'élevage, des maladies plus ou moins sévères se déclenchent, les bovins se contaminent les uns après les autres puis se débarrassent naturellement du virus et s'immunisent pour au moins 2 à 3 ans. Cependant 4 à 7 mois après l'introduction du virus, vont naître des IPI qui excrèteront le virus et contamineront les génisses pleines.

Signe d'appel d'un passage viral

  • Cas de maladie des muqueuses : diarrhée profuse sur un jeune bovin, rebelle à tout traitement, ulcères dans la bouche et entre les doigts, mort inéluctable en 3 à 10 jours.
  • Naissance de veaux faibles ou mal formés (atrophie du cervelet, atrophie des yeux, cataracte, déformation des membres).
  • Maladie hémorragique mortelle sur des jeunes nouveaux dûe à des souches hyper virulentes de BVD, rare en France.
  • Signes mineurs : troubles de la reproduction, diarrhées des jeunes veaux, épisodes de grippe intestinale, maladies digestives ou respiratoires rebelles aux traitements habituels.

Méthodes de détection

Rien ne permet cliniquement ou physiquement d'identifier un veau IPI (sauf en phase de maladie des muqueuses).
Par les analyses, on recherche les anticorps (sérologie) qui sont la réponse de l'organisme au passage viral. Il s'agit d'une analyse indirecte.
On recherche également la présence du virus ou l'un de ses constituants (virologie ou PCR) dans l'organisme. Il s'agit d'une analyse directe.

  Viro - Viro +
Schéma simplifié de l'interprétation des analyses en matière de BVD
Séro - Animal sain n'ayant jamais été en contact avec le virus IPI
Séro + Animal immunisé Virémique
transitoire

                  
> En matière de diagnostic, cette maladie fonctionne à l'inverse de toutes les autres maladies : on redoute les animaux séronégatifs qui peuvent être virologiquement positifs et donc excréteurs.
Les animaux séropositifs sont le plus souvent des animaux protégés et non contagieux.


L'interprétation des résultats d'analyse doit être confrontée au contexte de l'élevage, en collaboration avec votre vétérinaire. Pour les cas douteux, un recontrôle au bout de deux à trois semaines peut être nécessaire.

Attention aux anticorps apportés par le colostrum
Le veau d'une mère infectée reçoit des anticorps par le colostrum ; ceux-ci peuvent persister chez le veau  pendant 3 à 6 mois. Pour connaître le statut sérologique exact d'un jeune bovin, il faut le tester avant la première tétée. Par ailleurs, en virologie simple, les anticorps colostraux peuvent diminuer le taux d'antigène détectable donc la quantité de virus (on passe à côté d'un IPI).
Dans ces cas, la méthode PCR qui amplifie la quantité de virus dans le prélèvement est une analyse de choix.
Cas particuliers :

  • Un IPI en phase terminale de maladie des muqueuses peut être séropositif.
  • Un taureau infecté au moment de la puberté peut rester infecté au niveau des testicules et excréter le virus de manière permanente dans le sperme.

Méthodes de lutte

1- Identifier dans l'élevage les IPI et  les envoyer le plus rapidement possible à l'abattoir. Différents protocoles sont disponibles en fonction de la situation du cheptel, consultez pour cela votre vétérinaire.
2- Surveiller les IPI à naître dans les 12 mois qui suivent l'élimination du dernier IPI.
3- S'assurer que le virus a arrêté de circuler grâce à des prises de sang en sondage sur des bovins « sentinelles » choisis parmi les jeunes générations.

Vaccination

La mise en place de la vaccination dans un élevage est une décision technique qui prend en compte la connaissance du cheptel, de la maladie et de son évolution.
La vaccination évite les problèmes cliniques dus à la maladie et limite la circulation du virus. Elle confère une immunité  moins longue que l'immunité naturelle et nécessite des rappels réguliers.
La vaccination est un outil contre la maladie, à mettre en place conjointement aux autres mesures. Elle doit être sans faille et bien suivie dans le temps pour être efficace.

Attention :

  • Certains vaccins interfèrent avec les résultats virologiques (vaccin vivant Mucossifa), ne pas faire de test dans les 15 jours qui suivent la vaccination.
  • La protection foetale garantie est de 90% (donc pas totale).

Comment se prémunir contre le risque de BVD

Situation à risque, attention :

  • A l'entrée dans l'élevage d'un animal contagieux, en particulier IPI ou virémique transitoire : isolement strict et prise de sang.
  • Au retour dans l'élevage d'un bovin qui se serait contaminé pendant un rassemblement d'animaux.
  • Au risque de voisinage.
  • A l'hygiène des étables, l'absence de surpeuplement, la séparation des vaches et des génisses gestantes.
Glossaire
Anticorps : substances détectables dans le sang ou dans le lait des animaux, témoins d'une réaction immunitaire à un contact avec un agent pathogène. On les recherche par sérologie.
Antigène : partie du virus qui provoque la formation d'anticorps. On les recherche par virologie ou par des méthodes de PCR.